Adolescents 

Est-ce que le traitement de mon enfant adolescent pourrait être fait avec gouttières transparentes? Est-ce que ces techniques sont toujours indiquées? Est-ce qu'un traitement avec une approche de bagues pourrait avoir plus d'avantages? Est-ce que c'est trop tard pour éviter des extractions dentaires? Est-ce que le traitement pourrait être fait en âge adulte? Et...si on ne fait rien? Voilà un résumé des questions le plus souvent posées lors d'une première consultation orthodontique chez les adolescents.

Ces questions reflètent des préoccupations et des discussions préconsultation qui ont souvent eu lieu avec des amis ou à la maison. Très souvent les adolescents sont plus concernés par leur apparence pendant un traitement orthodontique que par la douleur. La conscience de l'image de soi des adolescents fait que des observations qui étaient plutôt de la sphère des spécialistes il y a peu d'années, soient assez habituelles dans les premières consultations avec des remarques comme "j'aime pas mon profil facial dans mes selfies, je trouve ma mandibule trop en arrière" ou "j'aime pas l'inclinaison de mes dents".

En même temps les adolescents sont très au courant des dernières techniques en orthodontie, surtout celles qui permettent un traitement peu visible ou complètement invisible.

La première consultation chez l'adolescent sert aussi à se faire une idée de la possible future collaboration et des possibles obstacles à surmonter si un traitement orthodontique venait à débuter.

Certaines techniques de traitement invisibles ou presque invisibles ne sont pas toujours adaptées à toutes les malocclusions. Pour un traitement qui cherche à obtenir un résultat d'excellence il faut parfois renoncer à ce type de techniques. De la même façon un traitement où on ne peut pas compter sur la future collaboration du patient pousse vers un choix d'appareil qui n'est souvent pas le plus attirant. Certains appareils n'arrivent jamais à modifier la croissance mandibulaire malgré qu'ils soient "modernes" et qu'ils soient hautement technologiques et il faut alors des choix et approches moins attractifs pour les adolescents.

 

Discerner les souhaits des patients, les confronter à la réalité de la limite biologique, stratégique ou d'excellence de soins de certains approches, si modernes soient elles, est une des questions principales lors de la première consultation chez l'adolescent. Il est aussi le moment dans certains cas de les aider à confronter la réalité qui n'est pas souvent celle qu'ils peuvent retrouver sur la publicité abusive ou les réseaux sociaux où la terminologie induit en erreur.